Historique

À l’origine… Utopies

Origine du jeu vocal

À la fin des années 60 naissait le jeu vocal au Groupe de Recherches Musicales à la Radio et au sein des Chœurs de cette maison. Cinquante ans plus tard, le jeu vocal s’est développé dans les milieux professionnels et amateurs du chant et a même pénétré l’école. Il a influencé en retour la composition et les modes d’écriture de la musique. La pratique du jeu vocal et même la composition de musique vocale sont désormais accessibles à tous les publics, amateurs ou professionnels, musiciens ou non.

Guy Reibel a été l’initiateur de cette entreprise, jalonnée par de nombreuses productions artistiques (création d’œuvres pour chanteurs professionnels, amateurs, associant les deux) et par le développement de principes pédagogiques à l’origine de formations au jeu vocal, production d’ouvrages, de films, d’émissions de radio.

Un projet artistique

Le jeu vocal est au carrefour de toutes les activités musicales. Il est un des moteurs essentiels d’un retour aux sources général de la création, à la recherche de principes universels dans lesquels s’enracinent les nouvelles formes d’expressions sonores et musicales, phénomène amplifié par les bouleversements technologiques engendrés par les nouveaux dispositifs pour écouter, transformer et diffuser les sons. Une évolution de la création en reflet des attentes des publics pour la musique et des jeunes en particulier.

Un phénomène essentiel a fait son apparition : une nouvelle conscience du son, du phénomène sonore en général, non pas le son que l’on écoute d’une façon abstraite et culturelle comme simple support d’une musique, mais le son vécu en lui-même, comme une matière et une forme, dans ses rapports profonds avec le corps, le geste, l’espace et dans ses effets multiples. L’homme musicien d’aujourd’hui n’a plus envie d’être simple auditeur, consommateur de musique. Il éprouve le besoin de faire par lui-même, mieux, de participer à la création d’une musique en rapport avec le monde actuel, dans ses facettes culturelles, sociales, économiques. La voix, dans ses multiples manifestations est un des moyens d’y parvenir.

…social

Le jeu vocal est accessible à tous. Mieux même, destiné à être pratiqué en groupe, il s’enrichit de la diversité des participants. Il bat en brèche l’idée de modèle, de jugement, de classement entre participants. La singularité de chacun est facteur d’enrichissement, de surprise, de renouvellement permanent. Chacun s’y révèle au plus profond de son être, le plus authentique dans ce qu’il livre au groupe, sans calcul ni stratégie préalable. Chacun se découvre dans le déroulement du jeu dans sa singularité, motivé par les autres et motivant les autres. Le phénomène de la création est modifié : il n’est plus acte solitaire, refermé sur lui-même, mais devient acte social, solidaire d’autrui, une multiplication des richesses individuelles par toutes les autres.

Le chant ainsi vécu transforme le groupe, modifie les relations entre ses membres, transcende les codes sociaux habituels fondés sur des règles qui fixent et limitent par la négative les comportements individuels. Le jeu vocal se déroule, le temps de sa durée, en dehors des normes sociales habituelles au profit d’une société idéale, une sorte « d’Abbaye de Thélème » rêvée par Rabelais, dans laquelle chacun se découvre libre, créatif, sans limites, possesseur d’un trésor dont il n’imaginait pas qu’il puisse exister.

…pédagogique…

Le jeu vocal n’est pas une simple discipline parmi d’autres, il est une activité fondamentale à la base et à la croisée de toutes les autres. Il communique un élan pour entreprendre les apprentissages traditionnels de la musique dans tous les domaines : pratiques vocale, instrumentale, formation musicale… et renouvelle l’idée même de création. Dans le domaine de la musique  mais aussi dans celui de l’apprentissage du langage.

Il permet d’instaurer une dualité féconde et indispensable entre acquisitions techniques, à partir de notions et règles à assimiler progressivement dans des domaines particuliers bien définis, et création spontanée, hors de tout repère, de toute règle.

Il suscite les conditions d’une fécondation réciproque entre les deux attitudes, apparemment inconciliables mais en réalité complémentaires. Une complémentarité entre ce qui s’apprend et ce qui s’invente. Apprendre en respectant des règles, imaginer librement loin de tout modèle.

 Les règles s’apprennent, la liberté s’imagine. Les règles sont collectives, la liberté est individuelle. Les règles se formulent précisément et durablement, la liberté est à réinventer par chacun à chaque instant, elle se conquiert individuellement. La société ne nous prépare guère à de tels comportements. Le jeu vocal nous offre cette possibilité et bouleverse les habitudes pédagogiques. Une nouvelle idée de la création, création de musique mais aussi création d’êtres, un nouveau modèle de société par la création.

…et économique

En fait, tout le monde aurait intérêt à pratiquer le jeu vocal. Dans les domaines liés à la musique tout d’abord : écoles de musique, chorales, musiciens professionnels, amateurs. Plus généralement à l’école : enseignants de l’Éducation Nationale, particulièrement les 300.000 professeurs des écoles qui se demandent quoi faire chanter à  5.000.000 d’enfants. Les champs d’application sont immenses et répondent à une demande également immense qui n’a cessé de croître depuis un demi-siècle.

La demande pourrait se développer en dehors des milieux éducatifs dans le monde de l’entreprise, dans les milieux médicaux, dans les milieux sportifs, associatifs… dans tous les lieux de rencontre, de loisirs, d’activités professionnelles, culturelles… dans lesquels des êtres humains vivent ensemble, sont en relation de groupe.

Former des animateurs de jeu vocal afin d’intervenir dans tous les milieux où une demande pourrait se manifester, et contribuer à une amélioration des relations humaines entre les personnes favorisant l’épanouissement individuel.

Élargir et enrichir la création musicale contemporaine en retour, au-delà des productions professionnelles, intégrant tous les publics.

Création et éducation

Créer, nous l’avons dit, est devenu un besoin fondamental pour tous, sous des formes à imaginer. La musique, dans ses évolutions contemporaines, est prête à ces rencontres avec tous les publics, particulièrement dans les milieux éducatifs. Une rencontre historique. Encore faut-il préparer les enseignants à introduire des activités de création dans leurs cours. Les éducateurs ont besoin des créateurs, sur le terrain. Réciproquement, les créateurs ont besoin de ce contact sur le terrain avec les éducateurs : la rencontre suivie avec des publics divers contribue au développement de la création elle-même, dans ses recherches et ses développements multiples.